Mon stage de préparation aux épreuves de C.A.P. couture

Il y a quelque temps j’ai décidé de passer l’examen de CAP couture vêtement flou. L’idée était de valoriser mon expérience dans ce domaine. J’ai appris à coudre très tôt et j’ai même travaillé un peu en tant que couturière de confection, mais c’était en Russie et il y a bien longtemps… Du coup je me suis remise à l’étude en m’inscrivant à des cours à distance. Le choix de suivre le cours n’était pas dû au hasard. Je trouve que l’obligation d’envoyer les devoirs à un rythme régulier me motive beaucoup, je me sens encadrée, je suis le programme de préparation car je n’avais aucune idée de ce que pouvaient être les thèmes des épreuves. En plus j’apprends le vocabulaire du textile et de la couture. Cerise sur le gâteau : un stage de préparation intensive aux épreuves dans un atelier à Paris.

Ce stage était très important et je conseille vivement à tous ceux qui souhaitent passer leur CAP couture d’en suivre au moins un pour quelques jours. Voici les raisons principales:

  1. Ce stage étant sous forme d’examens blancs, on se rend vite compte du niveau de difficulté des épreuves, du temps accordé à chacune.
  2. Le stage vous permet d’identifier vos lacunes et les thèmes à réviser. Par exemple, bien que j’aie rendu tous mes devoirs en histoire de la mode et du costume, il s’avère que j’ai quand même quelques difficultés et les parties à réviser apparaissent tout de suite clairement.
  3. Vous pouvez estimer à peu près votre niveau technique en couture (par rapport aux autres candidats et aussi par rapport aux épreuves de réalisation d’un vêtement).

Personnellement, j’ai trouvé que les matières les plus difficiles étaient les exercices de patronage (il faut absolument connaître les patrons de base et les modifications simples) et surtout les exercices de mise au point d’une proposition en art appliqué. La partie d’art appliqué est difficile car elle demande du temps de réflexion et d’inspiration, or je suis sûre que pendant l’examen je manquerai des deux 🙂

En outre je dois dire que les épreuves sont assez complexes et demandent des connaissances sur plusieurs matières à la fois. Par exemple pour EP1 il faut connaître l’histoire de la mode, le patronage, la technologie du textile, le matériel de la couture (la piqueuse plate industrielle, le poste de repassage) ainsi que les règles de sécurité. L’épreuve EP 2 est centrée le dessin technique de la mode et les solutions techniques (les gammes de montage des vêtements).

Dans le cadre de préparation à l’épreuve EP 2, nous avons réalisé un chemisier NINON. A première vue il paraît tout banal et inintéressant mais en fait cette pièce d’étude mérite plus d’attention qu’on ne le pense. Sur chaque point de la gamme de montage il y avait toujours une petite difficulté:

  1. D’abord, les petites poches toutes mignonnes doublées (!) avec les coins arrondis (!) – il fallait faire attention aux symétries des poches, veiller qu’elles soient identiques et puis garder la symétrie en les cousant sur le devant du vêtement.

piece_d_etude_chemisier_Ninon_manche_raglan

2. Les manches raglan ne sont pas faciles à monter car elles représentent beaucoup de coutures en courbes mais également du surfilage en courbes.

3. Le col fantaisie: coulissage en courbe et la symétrie du col.

Donc, pour résumer, il faut contrôler vraiment chaque étape de la fabrication plusieurs fois et s’assurer qu’on respecte bien les marges de couture et la symétrie du vêtement avant de passer à l’étape suivante.

Pour celles qui comme moi n’ont pas de surjeteuse, je conseille vivement d’en acheter une ou au moins d’en louer pour pratiquer le surjet, c’est très important. Avant le stage je n’avais jamais travaillé avec la surjeteuse et j’ai donc perdu beaucoup de temps (et surtout j’ai utilisé beaucoup de tissu pour faire des tests).

Pour réviser, je conseille d’aller voir les sujets des épreuves des années précédents sur la Base nationale des sujets d’examens de l’enseignement professionnel.

Je voulais terminer mon post en disant quelques mots sur notre professeur Françoise Henriot. Son parcours professionnel de plus de 40 ans est tout simplement incroyable et retrace l’histoire de la mode parisienne. Elle a connu les ateliers de la haute couture rue de la Paix, puis les débuts de la délocalisation de la confection. Elle a partagé avec nous les astuces du métier et rien que le fait de la côtoyer pendant une semaine valait la peine de faire une heure trente de trajet pour venir au stage. Elle a su nous motiver et de nous donner une nouvelle dynamique à notre apprentissage et je ne saurais jamais la remercier autant qu’il le faudrait. En particulier, elle m’a donné envie d’avancer dans mes projets et de me dépasser. Elle nous a montré que la couture est un apprentissage permanent qui peut durer toute la vie.

J’espère que mon expérience et mes conseils seront utiles à tous ceux qui envisagent de passer leur CAP l’année prochaine et je vous tiendrai au courant pour les épreuves de cette année une fois je les aurais passées. A suivre…

11 réflexions sur “Mon stage de préparation aux épreuves de C.A.P. couture

    • Galina dit :

      Bonjour,
      Le CAP c’est un tout premier niveaux, mais vous avez des cours du patronage et de moulage inclus dans le programme ce que permets d’apriori de créer ses propres vêtements. Tout dépends de votre créativité et de votre motivation ! Il y a de femmes qui créent leur vêtements tout en étant autodidactes, il faut pas avoir peur de se lancer ! J’espère que ça vous aidera 🙂

      J'aime

  1. PATJOU dit :

    Bonjour j’ai découvert votre article et le lien vers votre blog sur le site Educatel.J’aimerais suivre le CAP par correspondance, mais tout en travaillant à temps plein, est-ce que c’est possible ? Je n’aurais a priori besoin de préparer que les épreuves « techniques »…Quel délai a-t-on pour rendre les différents devoirs ? combien d’heures faut-il compter par semaine ? Merci de votre avis ou vos conseils.

    Aimé par 1 personne

    • Galina dit :

      Bonjour, je peux vous dire qu’il faut être très motivé pour faire les études à distance car très souvent le soir, après toute la journée de travail on a envie de se reposer 🙂 comme je suis étrangère et que je n’avais pas l’équivalent du bac j’ai du passer tous les épreuves générales et cela m’a pris beaucoup de temps. Si vous n’avez que les épreuves professionnelles, je pense que cela va être beaucoup plus facile. Mais je pense qu’il faut compter au moins 10 h de travail par semaine pour bien avancer. Il n’y a pas de délais pour les devoirs, c’est vous qui décidez de votre planning, c’est à vous donc de garder le rythme 🙂 je vous souhaite bonne courage pour vos études et j’espère que vous allez passer votre épreuve avec une très bonne note !!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s